Le Cloître

Le cloître symbolise pour nous la Jérusalem Céleste, le paradisius claustralis comme l’écrit Saint Bernard. Il n’existe pas de façade ouverte vers l’extérieur, pas de portail sur le monde : nos bâtiments et nos regards se tournent vers un centre intérieur. La seule ouverture du lieu est le ciel, présence et éclairage divin.

Le cloître est effectivement le centre de l’abbaye : tous les bâtiments sont organisés autour de cet espace, il distribue, organise la circulation. Mais il est aussi espace de recueillement, de lectio divina et de déambulation priante.

En son centre, le préau, un petit jardin ornemental dont la beauté naturelle est déjà en soi une leçon de vie pour la communauté.

Chaque galerie a un rôle précis : la galerie Est, accolée à l’église, est réservée aux activités spirituelles. La galerie Nord est réservée à la lecture. C’est là qu’est logé l’armarium dans lequel étaient disposés les ouvrages de l’abbaye. Précieux, ils étaient enfermés après le dernier Office de la journée, celui de Complies.

La galerie Ouest qui longe le réfectoire, est réservée aux activités du corps : le lavabo permettait de se laver les mains avant le repas et où, six fois par an, s’effectuait le rasage et la tonsure. Enfin la galerie Sud, adossée au bâtiment des convers a été remplacée par le logement abbatial. C’est essentiellement un lieu de passage et de procession.

La règle précise : «  Les moines doivent en tout temps s’appliquer au silence » ( chap 42 ). Pour nous, cela s’applique également au cloître.